Reproduction Des Loutres Et Organes Reproducteurs

Reproduction des loutres

Reproduction des loutres

Si nous connaissons tous plus ou moins les loutres, rares sont ceux d’entre nous qui connaissent précisément le processus de reproduction des loutres. En effet, qu’elle ait lieu dans la nature ou dans des enclos pour les loutres en captivité, la reproduction est un processus qui vaut la peine d’être étudié. Ainsi, nous expliquerons ce phénomène naturel puis nous découvrirons pourquoi des centres de reproduction des loutres ont été ouverts ces dernières années.

Les organes reproducteurs des loutres

Le système reproducteur masculin contient un pénis, des testicules, un scrotum et tous les autres composants courants tandis que le système reproducteur féminin contient un vagin, des ovaires et toute la panoplie nécessaire à mettre bas. Le volume des ovaires de la loutre femelle est symbole de la maturité des loutres. Les loutres, tant masculines que féminines, atteignent la maturité sexuelle à l’âge de deux ou trois ans mais ils peuvent se reproduire avec succès qu’aux environs de cinq à sept ans.

La raison du côté du mâle est que, malgré la production de spermatozoïdes à cet âge, le baculum du mâle ne lui permet pas d’induire l’ovule. Cet os pénien se développe continuellement les six premières années (en longueur jusqu’à l’âge de trois ans et poids jusqu’à l’âge de six ans) jusqu’à atteindre le gabarit nécessaire à la reproduction.

L’accouplement des loutres

A l’état sauvage, les loutres sont principalement solitaires. Chaque mâle adulte possède un territoire immense qui englobe ceux plus petits dans lesquelles vivent trois à quatre femelles.

La saison pour s’accoupler dépend de la région où elles vivent. Si l’habitat des loutres est prospère avec suffisamment d’espace pour ces dernières ainsi qu’une nourriture abondante, alors elles peuvent s’accoupler plus d’une fois dans une saison. Les mâles sont entreprenants et recherchent les femelles quand ils sont prêts à s’accoupler.

C’est uniquement l’odeur d’une femelle en chaleur qui incite le mâle à lui rendre visite. La plupart du temps, les deux sexes s’évitent voire même se rejettent. Des chercheurs ont observé qu’une femelle accepte plus facilement un mâle qu’elle connaît déjà.

Les mâles commenceront à se montrer dans les zones où les femelles ont élu domicile pendant la saison des amours. Cependant, l’approbation pour une reproduction des loutres est donnée par la femelle. Si un mâle n’obtient pas l’accueil chaleureux qu’il était venu chercher auprès d’une femelle alors il continuera son chemin pour en trouver une autre.

Les femelles peuvent présenter un voire plusieurs des signes suivants d’œstrus : gonflement vulvaire, légers picotements de la région de la vulve symbolisés par des frottements accrus de la zone. Aussi, une présence importante dans les quartiers masculins, des interactions plus nombreuses avec les mâles en se joignant à la chasse par exemple.

Une manière par laquelle les femelles montrent leur intérêt est l’action de se rouler avec le mâle, toiletter ce dernier, voire dormir à ses côtés. Ce type d’activité espiègle est celui qui augmentera le niveau d’hormones de ce dernier. Il peut mordre le nez de la femelle comme une façon de dire qu’il est intéressé. Ce type de cour a lieu sur la terre ferme, cependant, la majeure partie des activités de séduction ont lieu dans l’eau.

La copulation des loutres

En effet, la cour est caractérisée par des jeux dans l’eau mais aussi sur la terre, qui, au fil des heures, sont de plus en plus souvent interrompus par des postures qui ressemblent à s’y méprendre à celles de l’accouplement. La fertilisation est interne chez les loutres, ce qui signifie que le mâle sort le sperme à l’intérieur de la femelle.

L’acte est vigoureux, bruyant, et peut être long avec une intromission pouvant durer jusqu’à 25 minutes. Un couple va copuler à plusieurs reprises sur une période d’une heure ou deux, puis faire une pause de plusieurs heures avant de recommencer.

La copulation se produit généralement plusieurs fois au cours des jours successifs. Le mâle s’approche de la femelle par derrière, tient la femelle par la peau du cou avec ses dents, et plie la partie postérieure de son corps autour et en dessous de la queue large de la femelle.

Pendant la reproduction des loutres, une loutre mâle mord parfois la femelle sur sa nuque ou sur son nez, laissant une marque considérable.

Dans la nature, le mâle peut séjourner plusieurs semaines avec sa compagne, même après la période de chaleur de la femelle, mais il est irrémédiablement chassé à l’approche de la mise bas. Si la femelle est fécondée, elle ne reviendra en chaleur qu’à la fin de sa période d’allaitement, qui dure environ trois mois.

Chez les loutres, les moments de tendresse ne sont donc que passagers.

La mise bas et naissance des loutrons

Une loutre atteint sa maturité sexuelle à l’âge de deux ou trois ans environ et les femelles ont en moyenne une à quatre portées au cours de leur vie seulement. Chaque portée donne naissance de deux à quatre loutrons.

Une fois implanté, la croissance de l’embryon se déroule assez rapidement. Il faudra compter 2 mois de gestation afin d’arriver à la mise bas des loutrons. La femelle proche de mettre bas peut présenter un certain nombre de signes différents, notamment : l’augmentation du nombre de nids, l’enflure des mamelles, agression envers les compagnons, un appétit pouvant être qualifié de dépressif ou encore une agitation particulière. Il semblerait que le taux de mortalité intra-utérine soient relativement faibles chez les loutres. Étant un mammifère, la mise au monde des petites boules de poils se fait par voie naturelle. En revanche, contrairement à l’être humain, la loutre accouche toute seule et saisit son bébé elle-même pour l’aider à sortir. L’accouchement dure entre trois à huit heures.

Les loutrons peuvent naitre sur un lit de varech ou dans le repaire maternel. S’ils sont nés sur une terre extérieure, alors ils sont déplacés vers le repaire par la mère. Les nouveaux nés issus de la reproduction des loutres sont très vulnérables à la naissance comme ils sont aveugles jusqu’à ce qu’ils soient âgés d’environ un mois.

Les bébés loutres naissent, de ce fait, complètement dépendants de la maman loutre. Les loutrons naissent avec des caractéristiques uniques, entièrement fourrés, généralement d’un pelage soyeux marron à noir-grisâtre. Les yeux et les oreilles des nourrissons sont fermés mais les canaux auditifs sont ouverts à la naissance. Ils naissent sans dent. Les bébés loutres sont capables de faire un appel de pépiement dès le jour de la naissance. Ils resteront à l’intérieur du repaire jusqu’à ce qu’ils puissent voir.

La maman loutre et ses bébés loutrons vivront trois mois au calme dans un terrier. Il est amusant de voir comment les petites loutres ont peur de l’eau dans leurs débuts.

Comme pour la plupart des animaux, la négligence de la mère, les blessures des compagnons de la mère et le climat sont des facteurs qui peuvent être cruciaux aux bébés loutres.

Cependant, les mamans loutres sont réputées être un très bon personnel soignant vis-à-vis de leur progéniture. Elles peuvent passer jusqu’à 8 heures hebdomadaires à simplement les nourrir. les petits loutrons sont allaités par leur mère durant leurs premiers mois de vie. Ces jeunes loutres consomment beaucoup de lait chaque jour pour grandir rapidement. On les voit aussi jouant avec leur progéniture, leurs enseignant des compétences utiles et les protégeant au détriment parfois de leur propre vie.

L’éducation des loutrons

Les loutrons sont initiés aux produits alimentaires solides à partir de 4 mois. Ils apprennent l’essentiel des aptitudes de chasse sur terre et dans l’eau avec pour formatrice leur mère. Même avec le soin pourvu par leur maman, les bébés loutres sont très vulnérables pendant la première année de leur vie. Approximativement 32 % d’entre eux ne vivront pas plus d’un an. La statistique montre aussi que moins de 25 % des femelles vivent jusqu’à la maturité pour prétendre à l’accouplement.

La reproduction des loutres montre également qu’une loutre femelle peut être prête à s’accoupler de nouveau aussitôt après avoir accouché. Cependant, cette compétence n’est que très rarement exploitée, la maman privilégiant l’éducation de la progéniture venant de naitre. Si une mère perd son bébé cependant, à condition qu’elle en ait l’envie, elle pourra s’accoupler de nouveau très bientôt tant qu’elle ne vit pas dans des conditions trop stressantes.

Les loutres, une espèce menacée

Si la reproduction des loutres est un phénomène magique et unique, il faut savoir que la loutre reste aujourd’hui une espèce très menacée. Ainsi, pour remèdier à notre problème et surtout pour éviter que l’espèce ne disparaisse, plusieurs centres spécialisés dans ont été ouverts en France. Le premier centre français de reproduction de loutres européennes date de 1991.

Pour lancer les activités de reproduction, il était hors de question de ponctionner les loutres dans la nature. La cité des loutres, premier centre de reproduction de loutres français, a donc choisi sept animaux nés en captivité qui provenaient de centres de reproduction des loutres en Angleterre, en Allemagne, en Suisse ou en Italie. L’enjeu était de taille. En France, personne n’était encore parvenu à faire se reproduire en captivité ce petit carnivore des rivières de la famille de la belette, de l’hermine et du blaireau. Pour le bien-être des loutres, le centre a été conçu en s’inspirant directement du mode de vie des loutres dans la nature.

Depuis La cité des loutres, d’autres centres ont vu le jour en France. Découvrez vite comment en consultant notre article les loutres en captivité.

Consulter notre article sur La reproduction des loutres de mer